mardi 25 juillet 2017

Galette avocat faisselle




Voici une petite recette du placard que j'ai improvisée un midi où il faisait chaud et je n'avais pas vraiment envie de me mettre aux fourneaux. Le tout est prêt en maximum dix minutes.

J'ai mis ce qu'il me restait dans le frigo, à savoir un avocat, du concombre, de la tomate, et il me restait de la faisselle non utilisée après avoir fait le cheesecake que je vous ai présenté la dernière fois. 
Tout est passé dans cette galette et ce fut délicieux !

Ingrédients (pour une personne) :
- une galette de blé
- 2 c à soupe de faisselle
- 1 tomate
- 8 tranches de concombre
- 1 avocat
- 1/2 citron vert
- un filet d'huile d'olive  
- quelques brins de coriandre fraîche 

Sur la galette, déposer les tranches d'avocat puis de tomate et de concombre, le tout finement émincé. Déposer par-dessus la faisselle, les feuilles de coriandre. Verser un filet d'huile d'olive, saler et poivrer à sa convenance : c'est prêt ! 

Bon appétit ! 

lundi 17 juillet 2017

Cheesecake salé au chèvre frais




Voici une recette qui est devenue un classique de l'été à la maison et que mister Ratatouille me réclame constamment : le cheesecake salé au chèvre frais et au crumble de pistaches, accompagné d'une salade de tomates cerises aux pignons de pin
 
On a envie de plonger dedans, non ? Ah bon, c'est seulement moi ?

J'ai découvert cette recette à l'époque sur le blog de Beaualalouche
et depuis je n'y change pas une virgule, (enfin il n'y a que l'huile de pistache que je n'ai jamais réussi à dénicher donc je reste à l'huile d'olive et c'est très bon aussi) c'est pourquoi aujourd'hui je vous la livre telle quelle. 

La préparation est simple mais attention à bien noter qu'il faut que le cheesecake repose au frigo pendant 24 à 48h (perso j'ai toujours attendu 48h ; oui, je sais, j'ai réussi). C'est super pour le jour J car vous n'avez plus rien à faire mais ce n'est pas une recette à faire à la dernière minute.

Bon appétit !

Ingrédients (pour un cheesecake) :
Pour le crumble :
125g de pistaches émondées non salées
200g de farine
90g de parmesan fraîchement râpé
180g de beurre froid coupé en petits morceaux
Pour la garniture :
200g de chèvre frais
300g de faisselle
100g de crème fraîche

2 œufs battus
2 c à soupe d'huile d'olive
Pour la salade de tomates (pour 2) :
1 c à soupe d’huile d'olive
250g de tomates cerises
1 poignée de pignons de pin

Réaliser la pâte à crumble :
Préchauffer le four à 200°C.
Faire dorer à sec les pistaches puis les réduire en une poudre grossière au mixeur.
Dans un saladier, mélanger la farine, la poudre grossière de pistache et le parmesan. Ajouter ensuite le beurre et mélanger du bout des doigts jusqu’à obtenir une pâte sableuse.
Réserver 6 belles cuillères à soupe de cette pâte dans un petit bol.
Recouvrir le moule à tarte d’une feuille de papier sulfurisé, y verser le reste de la préparation crumble et la répartir uniformément sur le fond et les bords du moule et la tasser à l’aide du fond d’un verre à eau. Bien appuyer avec le verre à eau sur les bords et le fond pour tasser les miettes de crumble et les transformer en un fond de tarte. Enfourner pour 15 minutes à 200°C : le fond de tarte doit juste commencer à dorer. Réserver hors du feu.

Préparer la garniture :
Dans un grand bol, mélanger le chèvre frais, la faisselle, la crème fraîche ; y ajouter ensuite du sel, du poivre, les œufs et l’huile d’olive, mélanger.

Préparer le cheesecake:
Préchauffer le four à 150°C.
Garnir le fond de tarte avec cette préparation et enfourner pour 25 minutes à 150°C. Au bout de ce temps, éteindre le four mais y laisser le cheesecake qui va finir sa cuisson dans le four encore chaud. Laisser le cheesecake dans le four éteint, porte fermée jusqu’à complet refroidissement puis mettre au frais pour 48 heures.

Préparer la salade de tomate et le crumble (le jour de la dégustation) :
Préchauffer le four à 200°C.
Pour le crumble, garnir un plan allant au four d’une feuille de papier sulfurisé, y déposer le reste de pâte à crumble et cuire 12 minutes à 200°C.
Pour la salade de tomates, dans un saladier, mélanger de l’huile d'olive, du sel et du poivre. Laver et égoutter les tomates cerises. Couper chacune des tomates cerises en deux, les ajouter dans le saladier. Faire dorer à sec les pignons de pin, laisser refroidir puis ajouter dans le saladier. Bien mélanger le tout.

Servir chaque part de cheesecake avec de la salade de tomate et saupoudrer de crumble à la pistache.


J'aime bien cette photo qui fait très dessert... eh non !

mardi 11 juillet 2017

L'atelier du peintre* à Colmar


Photographie tirée du site du restaurant ©atelier-peintre.fr


J'avais beaucoup entendu parler de cet étoilé prometteur et de son talentueux chef Loïc Lefèbvre sur le blog Assiettes gourmandes. Dès notre retour en Alsace l'année dernière, nous sommes allés y faire un tour et nous n'avons pas été déçus. Je me souviens particulièrement d'un velouté de girolles au parfum puissant et enivrant et c'était également la première fois que j'avais une vraie révélation devant un vin rouge. Le sommelier, suite à mes recommandations, m'avait apporté un verre de bourgogne léger et fruité, une merveille ! Désolée, je n'ai aucune photo, le blog n'existant pas encore. Je m'en remets à votre imagination délirante pour vous les représenter.

Nous avons réitéré l'expérience un an après et avons eu la surprise de découvrir que le restaurant avait fait une cure de jouvence côté décoration (voir photo ci-dessus), adoptant des tons sombres relevés par des touches cuivrées. L'ensemble est chaleureux et très réussi. 

Le menu nous a encore plus ravis que la première fois, avec trois coups de coeur (!) : la canette, le bar et la nage de fraises. Le chef aime beaucoup jouer avec les fruits dans ses plats salés et, surprise, l'inverse aussi car dans sa nage de fraises, il a mis des légumes. Le tout est très étonnant mais fonctionne super bien, l'équilibre étant toujours très bien respecté. Chapeau !

Les prix ont en revanche augmenté par rapport à la dernière fois et le samedi soir, le menu le moins cher commence à 69 euros ! Le menu Goya, à 45 euros, est en effet disponible tout le temps sauf le samedi soir, ce que je trouve vraiment dommage. Nous n'étions pas au courant et nous nous sommes retrouvés avec une addition plus salée que prévu. Heureusement que nous n'avons pas été déçus par les plats !
Je trouve en effet que dans ce genre de restaurant les menus se doivent d'être un minimum accessibles, la carte étant pour le commun des mortels souvent hors de prix.
J'ai donc opté pour le menu Petite galerie à 69 euros et Mister Ratatouille pour le menu Grande galerie à 85 euros.

Je vous laisse admirer le menu :

Mises en bouche : macaron thon-tomate, panna cotta asperge : j'ai une préférence pour la panna cotta.


Mises en bouche : tête de veau moutardée, fondante à souhait !


Pain nature et olive accompagné de beurre demi-sel ; admirez la vaisselle pour le beurre : quelle finesse !


Tataki de thon, palets de betterave, crème de sésame et fraîcheur de pomme verte

On commence en beauté avec ce thon mi-cuit, clin d'oeil au Japon. La betterave le complète admirablement, c'est un sans faute.


Fin rouget grillé, carpaccio de pied de porc tiède, salade de petits pois au basilic, râpé de poutargue

Première fois que je goûtais la fameuse poutargue ; pour ceux qui ne connaissent pas, ce sont des oeufs de mulet salés et séchés très recherchés. Le goût rappelle fortement l'anchois. J'attendais beaucoup de ce plat et même s'il était bon, je trouve qu'il manquait de fraîcheur, qui aurait dû être apportée par la salade qui ne jouait pas son rôle.

Dos de bar sauvage, oseille, céleri confit et vinaigrette tiède, poêlée de framboises

L'association bar/framboises est une réussite, le céleri rôti et en crème est une tuerie, on est conquis !

Pavé de turbot rôti au pain, courgette trompette, jus au basilic, kumquat et olives de Kalamata

Un plat équilibré encore une fois. Le côté gourmand du pain est contrebalancé par les saveurs estivales. Le basilic et l'olive ressortent surtout, c'est un plat bien méditerranéen.

Filet de canette rôti, mousseline d'artichauts, cerises pickles et condiment d'anchois, jus infusé au romarin

Gros coup de coeur pour cette canette au jus bien concentré et vraiment exquis ! L'association canard/cerise est bien connue mais elle fonctionne toujours aussi bien. On en redemande !

Spritz aperol

Un pré-dessert avec ce spritz aperol, un pari risqué. Nous-mêmes ne raffolons pas de cet alcool mais nous finissons quand même l'ensemble.

Nage de fraises gariguette, notes potagères, mascarpone et sorbet roquette

Un dessert mêlant légumes et fruits, il fallait le faire, surtout que c'est brillamment réalisé. Notre dernier coup de coeur : le sucre n'est pas trop présent, parfaitement dosé, les touches de roquette et de céleri ajoutent du caractère au plat, c'est vraiment exceptionnel.