dimanche 22 octobre 2017

Street food #4 Bagelstein




Cela fait plusieurs fois que je vais manger à Bagelstein et je suis toujours satisfaite de leurs bagels : les menus sont variés et les ingrédients savoureux




On peut choisir son pain (nature, au pavot, au sésame, complet, gratiné...) avec des variantes selon les semaines. Les garnitures en revanche sont fixes mais pour briser la monotonie ils proposent à chaque fois un bagel de saison, le Gaston, ainsi qu'un bagel du mois. Et pour ceux qui veulent vraiment s'affranchir de tous les codes et tester sans limite les possibilités folles du Bagel, il y a la version Albertine, où l'on choisit soi-même ce qu'on veut comme garniture.

Cream cheese nature ou avec ciboulette, oignons frits, avocat...

L'endroit lui-même est accueillant et émaillé de citations, d'affiches pleines d'humour.



 J'ai une préférence personnellement pour le bagel Isidore à la mozzarella, tomate séchée, pesto, poivron mariné et cream cheese :


Mais le Léontine et l'Hypolite sont très bons aussi !

Saumon fumé, oignons rouge, concombre
Poulet, cornichon, tomate, sauce miel moutarde


Vous pouvez aussi choisir en dessert des muffins, des cookies, des donuts... mais j'avoue que j'ai été assez déçue par leur qualité. On est nettement en-dessous des bagels.


 Les boissons sont comprises dans le menu, sauf pour certaines comme le Green Tea ci-dessous, où ils demandent un supplément d'un euro.



Bagelstein
15, rue des Francs-Bourgeois
67000 STRASBOURG 



samedi 14 octobre 2017

Poisson pané aux amandes




Ouh que le temps passe vite en ce moment ! Vite, une des dernières recettes qui sent encore l'été avec sa petite salade de tomates cerise, de concombre et son yaourt nature, tout comme j'aime.
... Mais bon, on rajoute de la panure parce que quand même faut commencer à s'armer contre le froid à venir !

J'ai pioché cette recette chez Piment oiseau : j'adore l'association poisson-amande, cela rajoute une douceur à l'ensemble tout à fait bienvenue. Quant au poisson, si Piment oiseau prend des pavés de merlu, je les ai remplacés par des filets de plie, un poisson que j'aime beaucoup. Choisissez selon l'arrivage le poisson blanc que vous voulez, tant que vous le demandez sans arête et sans peau.

Bonne dégustation !

Ingrédients (pour 2 personnes) :
- 2 filets de plie
- 1 oeuf battu
- 4 c à soupe de poudre d'amandes
- 2 c à soupe de farine
- 3-4 feuilles d'oseille fraîche
- 2 poignées de tomates cerise
- 1 demi-concombre
- 1 yaourt nature
- 1 demi-citron

Couper en fines rondelles le concombre et en deux les tomates cerises et les déposer dans un petit saladier. Arroser d'un filet d'huile d'olive, saler et poivrer.
Passer sous l'eau et bien éponger les filets de plie avec de l'essuie-tout. Répartir la farine, l'oeuf battu et la poudre d'amandes dans 3 assiettes creuses. Saler et poivrer les filets puis les enrober de farine. Les tremper dans les oeufs battus puis les rouler dans la poudre d'amandes. Faire chauffer un filet d'huile dans une poêle et y saisir à feu vif les filets sur les deux faces jusqu'à ce qu'ils soient bien dorés. 
Servir chaud dans des assiettes avec du yaourt nature, un quart de citron frais et quelques feuilles ciselées d'oseille. 
 
 


 

mercredi 4 octobre 2017

Moelleux au chocolat express




Si vous aimez le chocolat mi-cuit, au coeur (ou plus) encore coulant, si vous n'avez pas envie de passer des heures à faire de la pâtisserie, cette recette est faite pour vous.

Je l'ai faite plusieurs fois ces derniers temps à des moments où j'étais fatiguée et où je n'avais pas envie d'y consacrer du temps mais où j'avais vraiment envie d'un bon petit goûter/dessert !

Si vous avez un micro-ondes pour faire fondre le chocolat et le beurre, la préparation ne prend pas plus de 5 minutes, le reste relevant de la cuisson au four.

J'ai déniché cette recette sur le blog Marciatack et j'ai plus que doublé le temps de cuisson car mes moules sont plus larges. Je vous donne les dimensions précises ci-dessous comme cela vous n'avez plus qu'à suivre la recette les yeux fermés !

Ingrédients (pour 3 petits moelleux) :
--> 3 petites cocottes de 10 cm de diamètre et 5 cm de profondeur sans leurs couvercles
- 100 g de chocolat noir 52% 
- 50 g de beurre doux
- 50 g de beurre demi-sel
- 100 g sucre roux
- 3 oeufs
- 50 g farine

Préchauffer le four à 220°C.
Faire fondre le chocolat cassé en petits carrés et le beurre dans un bol au micro-ondes puissance 350W pendant 2min30 en tout en l'arrêtant à chaque minute pour remuer.
Y ajouter le sucre puis mélanger ainsi que les oeufs, un par un, en mélangeant bien entre chaque pour éviter qu'ils ne cuisent.
Incorporer alors la farine. Bien mélanger.
Verser le tout dans les petites cocottes et enfourner pour 14 min. C'est prêt dès que la surface commence à former une petite croûte et à se craqueler.

Bonne dégustation !

mardi 26 septembre 2017

Street food #3 : Fior di pizza




Fior di pizza est une nouvelle pizzeria qui a ouvert à Grand'Rue près du vieux marché aux vins et qui propose notamment des parts de pizza à manger sur place ou à emporter, comme en Italie.




A la différence de Come a Roma, qui était la première à offrir ce genre de services, la vente de pizzas à la coupe, et qui s'est spécialisée dans la pizza romaine à pâte épaisse, Fior di pizza propose la pizza à la napolitaine, l'originale, à pâte fine (même si c'est un Romain aux commandes !).

J'en avais entendu beaucoup de bien sur le net, et notamment des commentaires qui disaient que c'était vraiment la meilleure pizza d'Alsace : c'est pourquoi je décidai d'y emmener mister Ratatouille pour ses 30 ans !

Alors, qu'en est-il vraiment ?
Eh bien la pâte a un goût bien particulier, vraiment excellent, qui m'a rappelé nombre de pizzas mangées en Italie. Quant aux garnitures, elles sont variées tout en restant très proches de ce qu'on peut retrouver en Italie : ce soir-là, j'ai choisi des parts aux tomates cerises, au jambon de Parme et aux courgettes et à l'huile de truffe.
Quant à l'heureux invité, il a jeté son dévolu sur sa préférée, la classique margherita (voir ci-dessus) car les pizzas sont aussi disponibles en entier et dans ce cas elles sont faites à la minute.




Les formules proposées vont de 7 à 12,50 euros et sinon à la carte les pizzas entières sont dans l'ensemble très abordables.


Un petit verre de lambrusco vous est proposé et va tout à fait avec tandis que la belle mélodie de l'italien venant des cuisines réjouit notre ouïe. Bref, je pense que je vais y retourner très bientôt !

 
- Article non sponsorisé -

lundi 18 septembre 2017

Magret de canard au recado, salade de coeurs de palmier




Heureusement que j'ai encore pas mal de recettes archivées comme ce magret de canard au recado accompagné d'une salade de coeurs de palmier car c'est toujours compliqué de cuisiner à la maison. 
J'ai fait celle-ci cet été : je bavais devant l'article du magazine qui présentait ce plat. Après avoir enfin réuni le piment, la grenade, les graines de potiron et un avocat à point je me suis lancée et on s'est ré-ga-lé !

Le recado est en fait un mélange d'épices utilisé comme marinade notamment au Mexique. On l'utilise ici pour en badigeonner le canard qui s'imprègne de ces saveurs pendant toute une nuit. Ne vous inquiétez pas, même si l'ensemble est relevé, il n'est pas pimenté car j'ai baissé les quantités et cela conviendra à tous les palais.

J'aime bien le fait qu'on fasse aussi une précuisson des magrets la veille entre autres pour faire fondre une partie du gras qui l'entoure ; c'est ainsi plus sain et on sent mieux la marinade.

La salade, quant à elle, est simplissime et se résume presque à ouvrir une boîte... voilà, vous n'avez plus d'excuse pour ne pas essayer cette recette :-).

Ingrédients (pour 2 personnes) :
- 2 magrets de canard de qualité 
- gros sel
Recado :
- 1 gousse d'ail en chemise
- 1 grosse tomate en quartiers
- 1/2 oignon nouveau coupé en 4
- 1/2 piment vert coupé en deux et épépiné
- 45 g de graines de potiron
- 1 c à café d'origan
- les feuilles de 2 brins de menthe fraîche (ou 1 c à café de menthe séchée)
- 2 c à soupe de coriandre ciselée
- 1/2 citron vert
- 25 ml d'huile d'olive
Salade
- 205 g de coeurs de palmier en boîte, égouttés et coupés en rondelles
- 1 avocat mûr, pelé et émincé
- les graines d'une demi-grenade
- 1/2 citron vert

Préchauffer le four à 200°C.
Pour le recado, faire rôtir l'ail, la tomate, l'oignon et le piment 30 min. Couvrir d'aluminium (ou de papier cuisson) une fois la moitié du temps écoulé. Laisser refroidir. 

Entailler la peau des magrets 3 à 4 fois. Saupoudrer généreusement la peau de gros sel puis les faire revenir à feu doux dans une sauteuse pour faire fondre une partie du gras. Egoutter les magrets sur de l'essuie-tout et réserver. Garder la graisse dans un bocal pour rôtir des patates ou autre.

Dans une poêle, torréfier les graines de potiron 5 min. Les transférer dans un mixeur avec une pincée de poivre et 1 c à café de sel. Ajouter tous les autres ingrédients (enlever notamment la peau de l'ail) du recado et mixer jusqu'à l'obtention d'une pâte épaisse.
 Verser le recado dans un saladier, ajouter les magrets en veillant à bien les enrober de sauce et filmer le récipient. Laisser mariner au réfrigérateur pendant au moins 3 heures ou une nuit entière. 

Amener les magrets à température ambiante. Préchauffer un gril, une plancha ou un barbecue à feu moyen. Cuire les magrets 10 min. de chaque côté en le badigeonnant de marinade.

Pour la salade, mélanger les coeurs de palmier, l'avocat et les graines de grenade avec l'huile d'olive, le jus de citron vert, du sel et du poivre. 

Découper les magrets en tranches fines et servir le tout, soit en déposant les magrets directement sur la salade, soit en les mettant comme j'ai fait dans deux plats différents.

Bon appétit !

N.B. : j'ai utilisé les restes de recado pour assaisonner une salade de pois chiches mais cela peut aussi faire une très bonne sauce pour accompagner du poisson grillé, des pâtes, des pommes de terre rôties au four...

  

mardi 12 septembre 2017

Soupe de courgettes




Des soupes, des soupes... toujours et encore des soupes ! Eh oui, vous connaissez mon amour infini pour ces préparations réconfortantes : je suis bien miss Bouillons, nul doute à cela.
Je vous présente donc aujourd'hui une des soupes qui fait partie de mon top 3, la soupe de courgettes
Je la mettrais en numéro 2 juste après la soupe laksa à la citrouille que je vous avais présentée il y a un an pour Halloween. C'est ma soupe d'été et j'attends les courgettes avec impatience chaque année rien que pour cette soupe.

Alors, dit comme ça, je sais que la soupe de courgettes c'est pas sexy. Je sens bien que vous ne bavez pas d'envie devant cette soupe, rien qu'à l'énoncé d'une simple courgette. Non, ne niez pas, je le vois d'ici ! Il se trouve que la photo que j'ai prise est également assez sobre et ne rend pas bien l'idée de "péché de gourmandise" que représente ce plat.
Et pourtant... cette soupe est un pur délice ! Je l'ai dénichée dans le So British de Jamie Oliver. Vous allez voir, vous ne serez pas déçus et vous pourrez épater vos proches avec un intitulé aussi minimaliste que "soupe de courgettes", alors qu'en réalité elle devrait s'appeler "super méga chouette soupe de la mort qui va révolutionner ta vie et ta conception de la courgette".

Bon, je vous entends déjà... mais ça va Samia, arrête deux minutes, c'est qu'une soupe ! ...et des courgettes ! Y a pas non plus de quoi en faire tout un fromage...

Eh bien si ! Justement parce qu'il y en a, du fromage (mouhahaha) : le secret réside dans l'utilisation de cantal râpé et de feuilles de menthe fraîche à la fin.
L'alliance courgettes-menthe-cantal est à se relever la nuit (n'y voyez aucune allusion personnelle).

Je n'en dis pas plus et vous file la recette sans plus attendre.

Ingrédients (pour 4 à 6 personnes) :
- 1 kg de courgettes
- 1 citron bio
- les feuilles de 8 brins de menthe fraîche
- 1,4 l de bouillon de poulet ou de légumes
- 150 g de cantal fraîchement râpé
Facultatif à la fin : - 3 c à soupe de crème fraîche 

Au robot ou à la main, trancher finement les courgettes lavées mais non épluchées. Les mettre dans une grande casserole à feu doux avec un filet d'huile d'olive, du beurre et une pincée de sel et de poivre. Ajouter le zeste d'un demi-citron et détacher les feuilles de 3 brins de menthe. Bien mélanger et faire cuire environ 40 min., en remuant toutes les 5 min. Bien surveiller et ne pas laisser les courgettes attacher. 

Au bout des 40 min., augmenter le feu, ajouter le bouillon et amener à ébullition. Hors du feu, incorporer le fromage râpé, le jus du demi-citron, les feuilles de menthe restantes et si vous choisissez de le faire la crème fraîche.

Mixer dans un blender pour une consistance bien veloutée et rectifier l'assaisonnement en sel, poivre et citron si besoin. 

Bon appétit !

N.B. : Si vous réchauffez la soupe, ne la laissez jamais bouillir car cela va changer la texture du fromage et donc de la soupe.  

jeudi 7 septembre 2017

Street food #2 : la Frituur



 Me voici de retour, enfin ! 

Le déménagement n'a pas été de tout repos et nous sommes trèèèèèès en retard dans l'avancée des travaux, donc je pense que je vais devoir remettre à plus tard mes envies de fureter autour des fourneaux. 
On s'en est sorti jusque-là avec d'abord un frigo, puis maintenant un four, et depuis peu des plaques de cuisson... ! J'attends fébrilement le plan de travail ainsi que la hotte, et après vous allez voir ce que vous allez voir, non mais !

Heureusement qu'en attendant, j'ai quelques recettes dans mes archives ainsi que quelques articles sur des petits restau street food qui fleurissent depuis peu à Strasbourg, à Grand'Rue et alentour. 
Vous vous souvenez des momos tibétains, j'imagine ? 
Aujourd'hui c'est au nord, en Belgique, que je vous emmène, avec La Frituur.

Depuis que cette toute petite boutique a ouvert, elle a aussitôt attiré mon attention car 1) la friture, c'est trop bon, 2) ils se targuaient de faire les meilleures frites du monde et 3) le portrait délicieusement désuet du roi de Belgique comme seule décoration accrochait mon regard.




J'ai profité d'un jour de canicule cet été où je me doutais bien que je serais la seule à avoir des envies de friture (!) pour franchir le pas. Conclusion : je ne sais pas si c'est la meilleure frite que j'aie mangée, mais en tout cas elle était bonne, croustillante à l'extérieur, moelleuse à l'intérieur, salée à point. 

Ce qui m'a bien plu également, c'est la fameuse fricandelle, que je mangeais pour la première fois. La fricandelle est une saucisse faite d'un mélange de viandes hachées (bah, c'est une saucisse, quoi !). Et justement, ils restent bien mystérieux sur la composition de cette dite saucisse. Lorsque j'ai demandé quelles viandes étaient utilisées, j'ai tout de suite vu le serveur un brin gêné, avant de m'avouer piteusement qu'il y avait entre autres du cheval, paraissant certain que j'allais désormais refuser. 
Pour ne pas rebuter le client, ils ne le précisent pas sur la carte, ce que je peux comprendre. Néanmoins, par souci de transparence, j'estime qu'ils se doivent de l'indiquer car à mon avis beaucoup de gens moins curieux que moi se sont retrouvés à manger du cheval sans s'en rendre compte !

Me sentant aventurière, je me décide pour la vraie version, la brut, celle au cheval, taïaut... ! 
Eh bien je l'ai trouvée très savoureuse, bien relevée voire un brin épicée. 

Fricandelle, frites, sauce pita


Au final, j'ai trouvé l'ensemble vraiment goûteux et avantageux au niveau qualité/prix et je n'hésiterai pas à y retourner si je suis de passage dans le coin !



La Frituur
92 Grand'Rue
67000 STRASBOURG

lundi 14 août 2017

Soupe de tomates entières




Les soupes, c'est pas seulement l'hiver ! J'adore aussi les soupes d'été, comme cette soupe de tomates que j'ai dénichée dans le British de Jamie Oliver.

Jamie raconte pour cette recette qu'il a essayé de retrouver le goût original si particulier des soupes en boîte Heinz qu'il mangeait quand il était petit, sauf que cette fois elle est en version fraîche.

J'ai simplifié la recette pour aboutir à cette version que je ne change plus désormais. J'aime bien préparer cette soupe parce qu'on fait tout à l'envers : d'abord on mixe les tomates entières, pépins et peaux compris et ensuite on les cuit. Je pense que c'est pour cela qu'on arrive à ce goût si miam
C'est aussi une des plus simples du monde car il n'y a quasiment que des tomates !

Pour qu'elle soit réussie, prenez des tomates bien mûres et de saison, sinon vous risquez d'être déçus !

Je vous laisse tester, vous m'en direz des nouvelles ! 


Pour ma part, je vais peut-être devoir délaisser le blog un petit moment car je vais déménager et il est fort probable que je n'aie pas internet avant un certain temps... D'ici là, mangez bien !

Ingrédients (pour 4 personnes) :
- 1 kg de tomates bien mûres
- un trait de vinaigre balsamique blanc
- une petite botte de basilic frais

Bien laver les tomates et les mettre dans un blender avec le basilic.
Les mixer finement. Verser le tout dans une casserole et porter à ébullition. Assaisonner selon son goût en sel et en poivre et laisser mijoter au coin du feu une vingtaine de minutes. Terminer par le vinaigre balsamique blanc et servir.

mardi 8 août 2017

Tarte aux mirabelles




On est en pleine saison de la mirabelle
Et si, comme moi, vous avez la chance de recevoir quelques kilos (merci Séverine et Hugo !) de ces fruits tout juteux, sélectionnés avec soin (pas une seule véreuse) par des mains expertes, mûrs à point, eh bien... je vous conseille de vous jeter dessus sans autre façon et de les boulotter rapidement ! 
C'est ce qu'on a fait, aussitôt dit aussitôt fait, avec la moitié des mirabelles. 

L'autre moitié a été sauvée in extremis et utilisée dans cette délicieuse tarte proposée par Julie Andrieu (mais si, vous savez, celle qui va goûter tous les trucs délicieusement bizarres des contrées lointaines dans Fourchette et sac à dos).

L'ensemble est très simple : une bonne pâte sablée maison et beaucoup de fruits, sans autre appareil. Le secret de cette tarte réside cependant dans la préparation dont on recouvre le fond de tarte : une pâte de noisettes à la vanille. L'accord mirabelle-noisette fonctionne à merveille et le tout est vraiment très parfumé. 

Ingrédients :
--> pour la pâte sablée :
- 250 g de farine
- 125 g de beurre doux
- 60 g de sucre glace 
- 1 oeuf
--> pour la pâte de noisettes :
- 60 g de noisettes (j'ai utilisé les restes du Piémont)
- 20 g de beurre doux et 20 g de beurre demi-sel
- 40 g de cassonade
- les graines d'une gousse de vanille
- 1/2 oeuf 
--> pour la garniture :
- 1 kg de mirabelles lavées, coupées en deux et dénoyautées 
- 1 c à soupe de cannelle en poudre

Pour faire la pâte sablée, déposer le beurre coupé en morceaux dans un saladier avec le sucre glace, la farine et une pincée de sel. Mélanger jusqu'à ce que le beurre soit presque entièrement dissous dans la farine et le sucre. Ajouter l'oeuf. Continuer à mélanger pour former une boule. Si nécessaire, ajouter un trait d'eau (mais pas plus !) pour bien coller l'ensemble. Lorsque la boule de pâte est fin prête, l'emballer de film alimentaire et la mettre au frigo.

Pour réaliser la pâte de noisettes, faire d'abord torréfier lesdites noisettes dans une poêle à sec pour bien faire ressortir leur arôme.  Puis les mixer avec le reste des ingrédients de la pâte. Mettre le tout au frigo.

S'occuper des mirabelles (enfin, le vif du sujet !). 
Préchauffer le four à 190°C.
Sortir le pâton du frigo et abaisser la pâte à l'aide d'un rouleau dans un moule fariné. Mettre la pâte 10 min. au frigo. 
Puis ressortir la pâte, étaler uniformément la crème de noisettes au fond de la tarte. Ajouter les fruits en partant de l'extérieur vers l'intérieur. Selon la taille de votre moule, il devrait y avoir 2 ou 3 étages de fruits.
Terminer en saupoudrant la cannelle. La recette recommande de rajouter 20 g de cassonade et je l'ai fait mais c'était trop sucré à mon goût. Si vos fruits sont à point, vous n'en aurez pas besoin.


 
Enfourner pour 50 min. Laisser refroidir un peu avant de déguster.

Bon appétit !  

jeudi 3 août 2017

Tajine de collier d'agneau au safran




Voici une recette qui sent bon l'été avec l'olive, le citron confit, l'agneau, le poireau... ah non mince, pas le poireau ! Mais pour le reste, c'est bon, on entend presque les cigales.

Ce plat est vraiment bon marché si vous choisissez comme moi du collier d'agneau non désossé. En revanche, vous aurez peu de viande et ce sont clairement les légumes qui prendront le dessus. Si vous vous sentez carnivore ou vous voulez que ce soit plus consistant, prenez la même quantité d'agneau mais demandez à votre boucher de le désosser.

J'ai adapté cette recette d'un chapitre de Jamie Oliver qui parle du Maroc dans Carnet de route. Comme j'ai voulu alléger le plat, j'ai supprimé notamment les pommes de terre, qu'il fait cuire avec l'ensemble au four (350 g environ). A vous de les rajouter ou non selon votre bon plaisir. De notre côté, on a accompagné ce plat de riz thaï.

Comme beaucoup de recettes que je vous propose, c'est un plat spécial feignasses : il suffit de tout assembler dans le plat à tajine et c'est tout ! La cuisson est longue, certes mais il n'y a rien à faire car c'est le four qui se charge de tout. J'adore ce genre de plats !

Ingrédients (pour 4 personnes) :
- une poignée d'olives mélangées avec les noyaux (j'ai pris des Kalamata mais des vertes iront très bien avec)
-  3 tranches de citron confit hachées
- une belle pincée de safran
- 2 carottes hachées
- 2 poireaux hachés
- 1 tête d'ail, les gousses séparées et écrasées mais non pelées
- 800 g de collier d'agneau, coupé en morceaux de 10 cm
- 2 c à soupe de beurre
Préchauffer le four à 150°C.
Mettre les olives, les citrons dans un plat à tajine avec un bon trait d'huile d'olive et le safran. Puis ajouter les légumes, l'ail et la viande. Recouvrir avec le beurre, du sel et du poivre puis verser 70 cl d'eau pour juste recouvrir le tout.
Mettre le couvercle puis enfourner pour 3h30 de cuisson.
C'est prêt ! Servir dans des assiettes creuses avec du riz ou des pommes de terre.

Bon appétit !

mardi 25 juillet 2017

Galette avocat faisselle




Voici une petite recette du placard que j'ai improvisée un midi où il faisait chaud et je n'avais pas vraiment envie de me mettre aux fourneaux. Le tout est prêt en maximum dix minutes.

J'ai mis ce qu'il me restait dans le frigo, à savoir un avocat, du concombre, de la tomate, et il me restait de la faisselle non utilisée après avoir fait le cheesecake que je vous ai présenté la dernière fois. 
Tout est passé dans cette galette et ce fut délicieux !

Ingrédients (pour une personne) :
- une galette de blé
- 2 c à soupe de faisselle
- 1 tomate
- 8 tranches de concombre
- 1 avocat
- 1/2 citron vert
- un filet d'huile d'olive  
- quelques brins de coriandre fraîche 

Sur la galette, déposer les tranches d'avocat puis de tomate et de concombre, le tout finement émincé. Déposer par-dessus la faisselle, les feuilles de coriandre. Verser un filet d'huile d'olive, saler et poivrer à sa convenance : c'est prêt ! 

Bon appétit ! 

lundi 17 juillet 2017

Cheesecake salé au chèvre frais




Voici une recette qui est devenue un classique de l'été à la maison et que mister Ratatouille me réclame constamment : le cheesecake salé au chèvre frais et au crumble de pistaches, accompagné d'une salade de tomates cerises aux pignons de pin
 
On a envie de plonger dedans, non ? Ah bon, c'est seulement moi ?

J'ai découvert cette recette à l'époque sur le blog de Beaualalouche
et depuis je n'y change pas une virgule, (enfin il n'y a que l'huile de pistache que je n'ai jamais réussi à dénicher donc je reste à l'huile d'olive et c'est très bon aussi) c'est pourquoi aujourd'hui je vous la livre telle quelle. 

La préparation est simple mais attention à bien noter qu'il faut que le cheesecake repose au frigo pendant 24 à 48h (perso j'ai toujours attendu 48h ; oui, je sais, j'ai réussi). C'est super pour le jour J car vous n'avez plus rien à faire mais ce n'est pas une recette à faire à la dernière minute.

Bon appétit !

Ingrédients (pour un cheesecake) :
Pour le crumble :
125g de pistaches émondées non salées
200g de farine
90g de parmesan fraîchement râpé
180g de beurre froid coupé en petits morceaux
Pour la garniture :
200g de chèvre frais
300g de faisselle
100g de crème fraîche

2 œufs battus
2 c à soupe d'huile d'olive
Pour la salade de tomates (pour 2) :
1 c à soupe d’huile d'olive
250g de tomates cerises
1 poignée de pignons de pin

Réaliser la pâte à crumble :
Préchauffer le four à 200°C.
Faire dorer à sec les pistaches puis les réduire en une poudre grossière au mixeur.
Dans un saladier, mélanger la farine, la poudre grossière de pistache et le parmesan. Ajouter ensuite le beurre et mélanger du bout des doigts jusqu’à obtenir une pâte sableuse.
Réserver 6 belles cuillères à soupe de cette pâte dans un petit bol.
Recouvrir le moule à tarte d’une feuille de papier sulfurisé, y verser le reste de la préparation crumble et la répartir uniformément sur le fond et les bords du moule et la tasser à l’aide du fond d’un verre à eau. Bien appuyer avec le verre à eau sur les bords et le fond pour tasser les miettes de crumble et les transformer en un fond de tarte. Enfourner pour 15 minutes à 200°C : le fond de tarte doit juste commencer à dorer. Réserver hors du feu.

Préparer la garniture :
Dans un grand bol, mélanger le chèvre frais, la faisselle, la crème fraîche ; y ajouter ensuite du sel, du poivre, les œufs et l’huile d’olive, mélanger.

Préparer le cheesecake:
Préchauffer le four à 150°C.
Garnir le fond de tarte avec cette préparation et enfourner pour 25 minutes à 150°C. Au bout de ce temps, éteindre le four mais y laisser le cheesecake qui va finir sa cuisson dans le four encore chaud. Laisser le cheesecake dans le four éteint, porte fermée jusqu’à complet refroidissement puis mettre au frais pour 48 heures.

Préparer la salade de tomate et le crumble (le jour de la dégustation) :
Préchauffer le four à 200°C.
Pour le crumble, garnir un plan allant au four d’une feuille de papier sulfurisé, y déposer le reste de pâte à crumble et cuire 12 minutes à 200°C.
Pour la salade de tomates, dans un saladier, mélanger de l’huile d'olive, du sel et du poivre. Laver et égoutter les tomates cerises. Couper chacune des tomates cerises en deux, les ajouter dans le saladier. Faire dorer à sec les pignons de pin, laisser refroidir puis ajouter dans le saladier. Bien mélanger le tout.

Servir chaque part de cheesecake avec de la salade de tomate et saupoudrer de crumble à la pistache.


J'aime bien cette photo qui fait très dessert... eh non !

mardi 11 juillet 2017

L'atelier du peintre* à Colmar


Photographie tirée du site du restaurant ©atelier-peintre.fr


J'avais beaucoup entendu parler de cet étoilé prometteur et de son talentueux chef Loïc Lefèbvre sur le blog Assiettes gourmandes. Dès notre retour en Alsace l'année dernière, nous sommes allés y faire un tour et nous n'avons pas été déçus. Je me souviens particulièrement d'un velouté de girolles au parfum puissant et enivrant et c'était également la première fois que j'avais une vraie révélation devant un vin rouge. Le sommelier, suite à mes recommandations, m'avait apporté un verre de bourgogne léger et fruité, une merveille ! Désolée, je n'ai aucune photo, le blog n'existant pas encore. Je m'en remets à votre imagination délirante pour vous les représenter.

Nous avons réitéré l'expérience un an après et avons eu la surprise de découvrir que le restaurant avait fait une cure de jouvence côté décoration (voir photo ci-dessus), adoptant des tons sombres relevés par des touches cuivrées. L'ensemble est chaleureux et très réussi. 

Le menu nous a encore plus ravis que la première fois, avec trois coups de coeur (!) : la canette, le bar et la nage de fraises. Le chef aime beaucoup jouer avec les fruits dans ses plats salés et, surprise, l'inverse aussi car dans sa nage de fraises, il a mis des légumes. Le tout est très étonnant mais fonctionne super bien, l'équilibre étant toujours très bien respecté. Chapeau !

Les prix ont en revanche augmenté par rapport à la dernière fois et le samedi soir, le menu le moins cher commence à 69 euros ! Le menu Goya, à 45 euros, est en effet disponible tout le temps sauf le samedi soir, ce que je trouve vraiment dommage. Nous n'étions pas au courant et nous nous sommes retrouvés avec une addition plus salée que prévu. Heureusement que nous n'avons pas été déçus par les plats !
Je trouve en effet que dans ce genre de restaurant les menus se doivent d'être un minimum accessibles, la carte étant pour le commun des mortels souvent hors de prix.
J'ai donc opté pour le menu Petite galerie à 69 euros et Mister Ratatouille pour le menu Grande galerie à 85 euros.

Je vous laisse admirer le menu :

Mises en bouche : macaron thon-tomate, panna cotta asperge : j'ai une préférence pour la panna cotta.


Mises en bouche : tête de veau moutardée, fondante à souhait !


Pain nature et olive accompagné de beurre demi-sel ; admirez la vaisselle pour le beurre : quelle finesse !


Tataki de thon, palets de betterave, crème de sésame et fraîcheur de pomme verte

On commence en beauté avec ce thon mi-cuit, clin d'oeil au Japon. La betterave le complète admirablement, c'est un sans faute.


Fin rouget grillé, carpaccio de pied de porc tiède, salade de petits pois au basilic, râpé de poutargue

Première fois que je goûtais la fameuse poutargue ; pour ceux qui ne connaissent pas, ce sont des oeufs de mulet salés et séchés très recherchés. Le goût rappelle fortement l'anchois. J'attendais beaucoup de ce plat et même s'il était bon, je trouve qu'il manquait de fraîcheur, qui aurait dû être apportée par la salade qui ne jouait pas son rôle.

Dos de bar sauvage, oseille, céleri confit et vinaigrette tiède, poêlée de framboises

L'association bar/framboises est une réussite, le céleri confit et en crème est une tuerie, on est conquis !

Pavé de turbot rôti au pain, courgette trompette, jus au basilic, kumquat et olives de Kalamata

Un plat équilibré encore une fois. Le côté gourmand du pain est contrebalancé par les saveurs estivales. Le basilic et l'olive ressortent surtout, c'est un plat bien méditerranéen.

Filet de canette rôti, mousseline d'artichauts, cerises pickles et condiment d'anchois, jus infusé au romarin

Gros coup de coeur pour cette canette au jus bien concentré et vraiment exquis ! L'association canard/cerise est bien connue mais elle fonctionne toujours aussi bien. On en redemande !

Spritz aperol

Un pré-dessert avec ce spritz aperol, un pari risqué. Nous-mêmes ne raffolons pas de cet alcool mais nous finissons quand même l'ensemble.

Nage de fraises gariguette, notes potagères, mascarpone et sorbet roquette

Un dessert mêlant légumes et fruits, il fallait le faire, surtout que c'est brillamment réalisé. Notre dernier coup de coeur : le sucre n'est pas trop présent, parfaitement dosé, les touches de roquette et de céleri ajoutent du caractère au plat, c'est vraiment exceptionnel.

L'atelier du peintre
1, rue Schongauer
COLMAR