mardi 11 juillet 2017

L'atelier du peintre* à Colmar


Photographie tirée du site du restaurant ©atelier-peintre.fr


J'avais beaucoup entendu parler de cet étoilé prometteur et de son talentueux chef Loïc Lefèbvre sur le blog Assiettes gourmandes. Dès notre retour en Alsace l'année dernière, nous sommes allés y faire un tour et nous n'avons pas été déçus. Je me souviens particulièrement d'un velouté de girolles au parfum puissant et enivrant et c'était également la première fois que j'avais une vraie révélation devant un vin rouge. Le sommelier, suite à mes recommandations, m'avait apporté un verre de bourgogne léger et fruité, une merveille ! Désolée, je n'ai aucune photo, le blog n'existant pas encore. Je m'en remets à votre imagination délirante pour vous les représenter.

Nous avons réitéré l'expérience un an après et avons eu la surprise de découvrir que le restaurant avait fait une cure de jouvence côté décoration (voir photo ci-dessus), adoptant des tons sombres relevés par des touches cuivrées. L'ensemble est chaleureux et très réussi. 

Le menu nous a encore plus ravis que la première fois, avec trois coups de coeur (!) : la canette, le bar et la nage de fraises. Le chef aime beaucoup jouer avec les fruits dans ses plats salés et, surprise, l'inverse aussi car dans sa nage de fraises, il a mis des légumes. Le tout est très étonnant mais fonctionne super bien, l'équilibre étant toujours très bien respecté. Chapeau !

Les prix ont en revanche augmenté par rapport à la dernière fois et le samedi soir, le menu le moins cher commence à 69 euros ! Le menu Goya, à 45 euros, est en effet disponible tout le temps sauf le samedi soir, ce que je trouve vraiment dommage. Nous n'étions pas au courant et nous nous sommes retrouvés avec une addition plus salée que prévu. Heureusement que nous n'avons pas été déçus par les plats !
Je trouve en effet que dans ce genre de restaurant les menus se doivent d'être un minimum accessibles, la carte étant pour le commun des mortels souvent hors de prix.
J'ai donc opté pour le menu Petite galerie à 69 euros et Mister Ratatouille pour le menu Grande galerie à 85 euros.

Je vous laisse admirer le menu :

Mises en bouche : macaron thon-tomate, panna cotta asperge : j'ai une préférence pour la panna cotta.


Mises en bouche : tête de veau moutardée, fondante à souhait !


Pain nature et olive accompagné de beurre demi-sel ; admirez la vaisselle pour le beurre : quelle finesse !


Tataki de thon, palets de betterave, crème de sésame et fraîcheur de pomme verte

On commence en beauté avec ce thon mi-cuit, clin d'oeil au Japon. La betterave le complète admirablement, c'est un sans faute.


Fin rouget grillé, carpaccio de pied de porc tiède, salade de petits pois au basilic, râpé de poutargue

Première fois que je goûtais la fameuse poutargue ; pour ceux qui ne connaissent pas, ce sont des oeufs de mulet salés et séchés très recherchés. Le goût rappelle fortement l'anchois. J'attendais beaucoup de ce plat et même s'il était bon, je trouve qu'il manquait de fraîcheur, qui aurait dû être apportée par la salade qui ne jouait pas son rôle.

Dos de bar sauvage, oseille, céleri confit et vinaigrette tiède, poêlée de framboises

L'association bar/framboises est une réussite, le céleri rôti et en crème est une tuerie, on est conquis !

Pavé de turbot rôti au pain, courgette trompette, jus au basilic, kumquat et olives de Kalamata

Un plat équilibré encore une fois. Le côté gourmand du pain est contrebalancé par les saveurs estivales. Le basilic et l'olive ressortent surtout, c'est un plat bien méditerranéen.

Filet de canette rôti, mousseline d'artichauts, cerises pickles et condiment d'anchois, jus infusé au romarin

Gros coup de coeur pour cette canette au jus bien concentré et vraiment exquis ! L'association canard/cerise est bien connue mais elle fonctionne toujours aussi bien. On en redemande !

Spritz aperol

Un pré-dessert avec ce spritz aperol, un pari risqué. Nous-mêmes ne raffolons pas de cet alcool mais nous finissons quand même l'ensemble.

Nage de fraises gariguette, notes potagères, mascarpone et sorbet roquette

Un dessert mêlant légumes et fruits, il fallait le faire, surtout que c'est brillamment réalisé. Notre dernier coup de coeur : le sucre n'est pas trop présent, parfaitement dosé, les touches de roquette et de céleri ajoutent du caractère au plat, c'est vraiment exceptionnel.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire